10 Mar 2016

Interview of Gaspard Datondji, Benin Telecoms Services

Gaspard Datondji is Advisor to the Managing Director at Benin Telecoms Services. He will join a panel discussion on broadband developments at West Africa Com in June 2016. He shares some of his thoughts on the region’s market ahead of the event.

**Pour lire l'entretien en français, voir en bas de page**

West Africa Com: What are the main objectives for your company this year?

Gaspard Datondji: In the context of the highly competitive telecommunications market in Benin, Benin Telecoms Services intends this year:

  • To be a leading telecommunications operator and to provide offers and services that are very attractive, competitive and that meet customers’ needs (4G LTE, optical fiber, fixed line internet, interconnection of remote sites, etc.);
  • To enhance its presence in the Small and Medium Enterprises (SME) Market;
  • To ensure an ongoing technological and competitive intelligence to always be at the cutting edge of technology.
Thus, one of the major challenges is to follow very closely the evolution of the market for 4G LTE products in order to make decisions to enable the company to maintain steady growth and offer customers services of high quality.

WAC: What are the most significant news in your market at present?

GD: Essentially, the emergence of 4G LTE, as well as growth in services related to the provision of Internet access via optical fiber technology.

WAC: In your opinion, what product or service will have the greatest impact on market development in West Africa in the coming years?

GD:  The services that will have the biggest impact are those related to the digital economy and in particular those which ensure the marriage between the economy digital and financial services. The digital economy is indeed at the heart of the growth and competitiveness of nations and enterprises globally.

In developing countries, especially the countries of West Africa, the potential of digital technology in the economy is still under-exploited, even though we must recognize the remarkable contribution of digital technology in the service sector, including banking.
But in truth, it is necessary for West African States in particular to adopt a real "National Digital Development Plan" which must include at least the following aspects:

  • A strategy to drastically reduce the digital divide and democratize high speed internet access;
  • A review the content and quality of vocational training in the digital field to better suit the needs of businesses and administration;
  • Promoting the production of local digital content and digitization of financial, economic and social services.
  • Finally, the strategic plan for digital development must be inclusive and should in particular involve key players in the digital economy: telecom operators, ISPs, OEMs, systems integrators, e-commerce companies, online service and online content production, banking, insurance, administration, etc.

WAC: Which market segments are likely to generate  most revenues for operators and service providers in the coming years?

GD: Essentially market segments addressed by the following services:

  • OTT (over-the-top) Internet services: they are experiencing incredible growth and their average annual growth is becoming more important (voice, images and video to Skype, Facebook, Viber, WhatsApp, Twitter, Rackuten (e-commerce), etc.). OTT rely on operators’ infrastructure to distribute their content and services.
  • Telecommunications operators should include them in their business model by for example commercialising direct access to OTT to offer a premium service to their clients. Thus, the OTT will be an opportunity for operators to enhance the value of their bandwidth.
  • The development of mobile applications and alternative services (e-banking, e-business, e-learning, etc.) and institutional initiatives that digitize traditional sectors such as agriculture, health and education.
  • Video streaming and other related services that will be generated by the migration of analog television channels to digital.

WAC: What do you expect from your participation in West Africa Com this year?

GD:  West Africa Com is an exceptional opportunity for exchange between stakeholders and professionals of the sub-regional telecommunications market, especially to create a common vision for telecoms in Africa.

We expect from our participation to West Africa Com to:

  • Exchange with  telecommunications and ICT professionals from other countries on innovative development and market expansion strategies in the West-African sub-region.
  • Develop solid partnerships channels to successfully negotiate this period of profound transformations in the telecommunications sector in Africa and particularly in West Africa.

Outside the conference, what do you plan to do during your visit to Dakar?

GD: Each stay in Senegal is inevitably marked by the Teranga (hospitality) which is simple, humble and warm. Dakar is an excellent tourist platform and in my next visit I will certainly revisit with the same enthusiasm:

  • Soumbédioune, the handicraft village located by the Soumbédioune beach, offering a variety of souvenirs and African fabrics, paintings, fetishes, masks and many other interesting objects.
  • The Monument of the African Renaissance: located at Ouakam and representing a couple and child, drawn up towards the sky and opened April 3, 2010 during the fiftieth anniversary celebrations of the independence of Senegal.
  • Goree Island: a unique, small island full of Senegal’s charm with its pastel houses, restaurants and the "house of slavery" commemorating the role of Goree in the past and the history of the slave trade.

For more information on West Africa Com and details on the conference programme click here










**Entretien en français**

Gaspard Datondji est Conseiller auprès du Directeur Général de Bénin Télécoms Services. Il se joindre à un groupe de discussion sur les développements du haut débit à Afrique de l'OuestCom en Juin 2016. Il partage certaines de ses réflexions sur le marché de la région avant la conférence.

Afrique de l'Ouest Com : Quel sont les principaux objectifs de votre entreprise cette année?

Gaspard Datondji: Dans le contexte du marché très concurrentiel des télécommunications au Bénin, Bénin Télécoms Services entend fondamentalement cette année:

  • Etre un opérateur de télécommunications de premier rang et fournissant des offres et
  • services très attrayants, compétitifs et répondant aux besoins de la clientèle (4G LTE, Fibre
  • optique, liaisons spécialisées internet, interconnexion de sites distants, etc.).
  • Accentuer sa présence sur le marché des Petites et Moyennes Entreprises (PME).
  • Assurer une veille technologique et concurrentielle permanente afin de toujours se hisser à
  • la pointe de la technologie.
  • Ainsi, l’un des défis majeurs reste de suivre de très près l’évolution du marché des produits
  • 4G LTE afin de prendre des décisions devant permettre à l’entreprise de maintenir une
  • croissance soutenue et d’offrir à la clientèle des services de grande qualité.

AOC : Quelles sont les activités ou nouvelles les plus marquantes dans votre marché à l'heure actuelle?

GD : Il s’agit fondamentalement de l’émergence de la technologie 4G LTE, de même que la croissance des services liés à la fourniture de l’accès internet via la technologie de la fibre optique.

AOC :  Selon vous, quel produit ou service aura l'impact le plus important sur l'évolution du marché en Afrique de l'Ouest au cours des prochaines années?

GD : Les services qui auront l'impact le plus important sur l'évolution du marché en Afrique de l'Ouest au cours des prochaines années sont ceux en rapport avec l’économie numérique et notamment ceux qui permettent d’assurer le mariage entre l’économie numérique et les services financiers. L’économie numérique est en effet aujourd’hui au cœur de la croissance et de la compétitivité des nations et des entreprises à l’échelle planétaire.

Dans les pays en voie de développement, notamment les pays de l’Afrique de l’Ouest, le potentiel du numérique dans l’économie est encore sous exploité, quand bien même il faut reconnaitre la participation remarquable du numérique dans le secteur tertiaire, notamment les services bancaires.

Mais à la vérité, il faut que les Etats Ouest-Africains doivent notamment se doter d’un véritable « Plan National de Développement du Numérique » qui doit intégrer au minimum les aspects ci-après:

  • Une stratégie visant à réduire drastiquement la fracture numérique et à démocratiser l’accès internet haut débit.
  • La revue du contenu et de la qualité de la formation professionnelle dans le domaine du numérique afin de mieux l’adapter aux besoins des entreprises et de l’administration.
  • La promotion de la production de contenus numériques locaux et de la numérisation des services financiers, économiques et sociaux.
  • Enfin, ce plan stratégique de développement du numérique doit être inclusif et devra notamment impliquer les principaux acteurs de l’économie numérique que sont : les opérateurs télécoms, les FAI, les équipementiers, les SSII, les entreprises de commerce électronique, de service en ligne et de production de contenus en ligne, les banques, les assurances, l’administration, etc.

AOC Quels segments de marché sont susceptibles de générer le plus de revenus pour les opérateurs et les fournisseurs de services dans les années à venir?

GD: Il s’agit essentiellement des segments de marché adressés par les services ci-après:

  • les services internet en mode OTT (over-the-top) : ils connaissent une progression fulminante et leur croissance annuelle moyenne devient plus importante (services de voix, d’images et de vidéo sur Skype, Facebook, Viber, WhatsApp, Twitter, Rackuten (e-commerce), etc.). Les OTT s’appuient sur les infrastructures des opérateurs pour diffuser leurs contenus et services. Les opérateurs de télécommunications doivent notamment les intégrer dans leur modèle économique en procédant par exemple à la commercialisation directe de l’accès aux OTT pour offrir un service premium à leurs clients. Ainsi, les OTT pourront constituer une chance pour les opérateurs qui peuvent ainsi valoriser leur bande passante.
  • le développement d’applications mobiles et de services alternatifs (e-banking, e-business, e-learning, etc.) et d’initiatives institutionnelles/globales à fort potentiel qui digitalisent des secteurs traditionnels tels que l’agriculture, la santé et l’éducation.
  • Le streaming  vidéo et autres services assimilés qui seront engendrés par la migration des chaines de télévision de l’analogique vers le numérique.

AOC:  Qu'est-ce que vous attendez de votre participation à Afrique de l'Ouest Com cette année?

GD : Afrique de l’Ouest Com est une opportunité exceptionnelle pour échanger entre acteurs et professionnels du marché des télécommunications sous-régionaux et de divers horizons et surtout pour créer une vision commune des télécoms en Afrique.
Nous attendons d’Afrique de l’Ouest Com de:

  • Echanger avec les acteurs et professionnels des télécommunications et des systèmes d’informations d’autres pays sur des stratégies innovantes de développement et d’extension du marché dans la sous-région ouest-africaine ;
  • Développer une chaine solide de partenariats pour négocier avec succès cette période de transformations profonde du secteur des télécommunications en Afrique et surtout en Afrique de l’Ouest.

AOC :  En dehors de la conférence, qu'allez-vous faire lors de votre visite à Dakar?

GD: Chaque séjour au Sénégal est inévitablement marqué par la téranga (hospitalité) simple, humble et chaleureuse. Dakar est une excellente plate-forme touristique et le prochain séjour permettra certainement de revisiter, avec le même enthousiasme:

  • Le village artisanal de Soumbédioune : situé en bordure de la plage de Soumbédioune et offrant une panoplie de souvenirs et proposant des tissus africains, des tableaux, des fétiches, des masques et plein d’autres objets intéressants.
  • Le Monument de la renaissance africaine : situé à Ouakam et représentant un couple et son enfant, dressés vers le ciel et inauguré le 3 avril 2010 lors des cérémonies du cinquantenaire de l’indépendance du Sénégal.
  • L’île de Gorée : lieu unique, petite île du Sénégal au charme fou avec ses maisons pastel, ses restaurants et sa « maison des esclaves » rappelant le rôle de Gorée dans le passé et l’histoire de la traite négrière.

Pour plus d'informations sur Afrique de l'Ouest Com et des détails sur le programme de la conférence, cliquez ici